Accueil > Découvrir la ville > Richesses et patrimoine > Mézières dans l’histoire

Mézières dans l’histoire

L’Age de la pierre


Au paléolithique moyen, "la butte des Muret et ses pentes" étaient fréquentées par les hommes du Néandertal qui y laissèrent l’industrie moustérienne (de tradition acheuléenne) environ 40 000 ans avant Jésus Christ. On recueille autour de la butte de nombreux bifaces, racloirs, pointes, lames,... Sans doute s’agissait-il d’un campement en plein air de type permanent compte-tenu de tous les déchêts de taille qui jonchent les environs de la butte.

Au Néolithique, au vu de la densité d’outils trouvés autour de la butte et de la découverte d’un tumulus de 60 m x 40 m, formé de blocs de pierres et de galets "on peut penser qu’il y ait eu, là, au Néolithique tardif, jusqu’à la civilisation du Bronze, une collectivité agricole bien située, environnée de points d’eau et pourvue de défenses naturelles constituées par les pentes abruptes des versants" (Daniel Bricon - ancien Président du Centre de Recherche Archéologique de la Région Mantaise).

Mézières


Etymologiquement, Mézières ou Macéria en latin, signifie « Murailles ».

Cette appellation semble s’expliquer par la présence de centaines de murs dans le bois de Mézerolles datant de l’époque gallo-romaine. Mézières aurait donc été construite auprès de ruines antiques.

Les fouilles entreprises sur le territoire communal, ont également révélé de nombreux vestiges archéologiques datant de la préhistoire, notamment à proximité de la Butte des Murets et témoignent de la présence de l’homme depuis son origine.

La découverte de ces sites a permis de constater que le village, à l’origine implanté sur le haut du plateau, s’est déplacé au fil des époques vers la Vallée de la Seine, se rapprochant ainsi des nouvelles voies de communication au fur et à mesure de leur implantation.

La région a été le théâtre d’opérations militaires lors des affrontements entre les catholiques emmenés par Henry de Mayenne et les protestants d’Henry de Navarre.

Ce dernier, futur Henri IV, gagne la bataille de Ivry-sur-Eure et se voit ouvrir les portes de Mantes dont il fera sa petite capitale.

Il fut aidé dans cette entreprise par Maximilien de Béthune, Baron de Rosny, plus connu sous le nom de Duc de Sully, à qui il fit don en récompense, des deux tiers du revenu des Seigneuries d’Epône et Mézières.

Pendant la guerre de 1870, notre commune a payé un lourd tribut. En représaille à une attaque des cavaliers prussiens par les Francs Tireurs de Mantes, quatre-vingt maisons furent incendiées alors que leurs occupants étaient à l’intérieur.

L’ennemi ayant empêché les pompiers d’intervenir, beaucoup de victimes périrent brûlées ou asphyxiées.

Un tableau, exposé dans le hall de la Mairie, illustre ce terrible moment de l’histoire de notre village.

Chanson sur l’incendie du village de Mézières


Chanson de l’incendie du village de Mézières

Les Maires qui se sont succédés à Mézières


1790 - 1791 : N. FEVRIER

1791 - 1791 : C. CORNILLARD

1792 - 1793 : S-B CORNU

1793 - 1802 : E. SURGIS

1802 - 1809 : S. LAURENT

1809 - 1826 : F. LAURENT

1826 - 1829 : LN. SURGIS

1829 - 1836 : L. DE VINCENT

1836 - 1837 : E. FRICOTTE

1837 - 1840 : N. GUITEL

1840 - 1848 : M. CHARPENTIER

1848 - 1850 : S. CORNU

1850 - 1854 : P. THIBOUST

1854 - 1858 : D. DROUETS

1858 - 1870 : E. LAREE

1870 - 1873 : L. DAVID

1873 - 1874 : B. PLACET

1874 - 1876 : L. REAL

1876 - 1894 : E. TRINITE

1894 - 1908 : L. GRIMBLOT

1908 - 1910 : P. LEROY

1910 - 1919 : D. THIBERVILLE

1919 - 1924 : D. GASCOIN

1924 - 1929 : G. DESCHAMPS

1929 - 1935 : A. BAUCHE

1935 - 1938 : A. BELLET

1938 - 1945 : E. MOREL

1945 - 1951 : A. SEGALAT

1951 - 1989 : M. FRICOTTE

1989 - 2014 : P. BLEVIN

2014 - Aujourd’hui : J-F. FASTRE